Isabelle Jouvie

J’aime photographier et illustrer la beauté de la Terre et j’aime tout autant partager le résultat avec vous, que ce soit à travers les images seules en tant que fenêtres sur le monde ou en accompagnant le tout d’écrits relatant mes ressentis. C’est à ces fins que ce site a vu le jour, alors j’espère que vous y trouverez un peu d’évasion et de rêve éveillé, que vous quitterez votre écran en ayant un peu plus conscience de la chance que nous avons de vivre sur une planète si belle et de la puissance que nous avons entre nos mains pour la protéger. Mais d’abord, je vous en raconte un peu plus sur moi avec quelques faits marquants de mon parcours en BD ci-dessous !

Isabelle

Dream'S on earth

© Isabelle Jouvie // Born

Hello, moi c’est Isabelle, apparue sur cette jolie planète un certain dimanche 13 octobre au petit matin, et apprenant depuis chaque jour un peu plus à l’Aimer avec un grand A.

© Isabelle Jouvie // Ants

Enfant, je ralentissais la cadence générale de la famille en randonnée : apeurée à l’idée d’écraser une fourmi par mégarde et d’ôter ainsi sa vie à un être, je slalomais entre les racines des pins les yeux rivés au sol à l’affût du moindre mouvement d’épine.

© Isabelle Jouvie // Alpinism

En 2006, je plonge dans une autre dimension en découvrant l’alpinisme, passion de mon père. Ce n’est pas son côté sportif qui m’emporte, mais cette sensation de perdition face à l’immensité d’un Monde immaculé, de remise à l’échelle de l’Homme face à une Nature puissante et imposante. La planète Terre dans toute sa grandeur me fascine et c’est à cet instant que je le réalise.

© Isabelle Jouvie // Cham

Ma passion pour la Nature n’a d’égale que celle pour la photographie (le chocolat et les spaghettis arrivent non loin derrière) qui là encore m’est apportée par mon père. 2011. Alors que depuis cinq ans déjà je partage sans ambition mes clichés sur des plateformes communautaires spécialisées art/photo, je participe à mon premier concours photo… et remporte le 2nd prix « TiragesPro vous expose à Montier en Der » ! Cette victoire me permet de voir ma photo « A Mountain Night » exposée dans ce festival photo Nature dont la réputation n’est plus à faire. Premier vrai tirage !

© Isabelle Jouvie // Geology

De 2010 à 2014, je décide de pousser jusqu’au bout ma curiosité autour de la Terre en m’engageant dans des études universitaires de géologie. Formation des océans, évolution de la Vie et des continents, lacs, rivières et mers, orogenèse des massifs montagneux, disparition des dinosaures et formation du système solaire, je bois les cascades de connaissance qui me sont apportées et me spécialise en géodynamique de la croûte terrestre. Les études m’amènent très régulièrement sur le terrain marteau et loupe à la main, à la recherche d’indices dans les roches pour retracer l’histoire des paysages.

© Isabelle Jouvie // Dreams

Connaitre les « secrets backstage » de la formation de tout ce qui nous entoure ne réduit étrangement pas l’émerveillement que je peux ressentir lorsque j’arpente les montagnes ou que je contemple les océans. Je ne me sens jamais aussi vivante qu’en me sentant toute petite face à des sommets de granite jouant avec les étoiles ou devant une étendue d’eau sans fin. Je rêve d’immensités sauvages à perte de vue.

© Isabelle Jouvie // DOE

Après l’obtention de mon master en géologie, je ressens le besoin de prendre du recul sur ma vie, un peu perdue sur le cours professionnel que je souhaite lui donner. Pour ceux qui m’entourent, la carrière académique en recherche universitaire m’est toute tracée… mais en mon fort intérieur je sens que là n’est pas ma place. Alors je pars, loin, je prends l’avion pour le Népal en quête de réponses qui ne viendront que bien plus tard. Les mois que je passe là-bas et le voyage au Tibet qui les accompagne me marquent fortement et sont un tournant dans ma vie.

© Isabelle Jouvie // NatGeo

En parallèle de cette phase de profonds questionnements, comme des clins d’œil extérieurs, plusieurs de mes photos sont repérées depuis 2014 par des éditeurs de National Geographic et publiées en ligne parmi les « meilleures photos » du jour ou de la semaine, ou encore pour illustrer des articles à thème. Parallèlement à d’autres récompenses sur des sites communautaires photo, ces petits coups de pouce m’encouragent à continuer à partager mes clichés avec le plus grand nombre.

© Isabelle Jouvie // GWO

En 2015, mes photos de montagne sont publiées au côté de celles d’autres photographes dans le livre « The Great Wide Open » aux éditions Gestalten. Ode aux grands espaces sauvages, cet ouvrage correspond parfaitement à ce qui me fait vibrer dans ma passion. Sa sortie est relayée dans de grands journaux tel que The Guardian.

© Isabelle Jouvie // TAAF

Fin 2015, je m’envole pour l’aventure d’une vie : 14 mois au bout du monde, un hivernage scientifique en tant que chimiste de l’atmosphère sur l’île la plus isolée de la planète, l’Île Amsterdam (Terres australes et antarctiques françaises). Ce caillou inhabité m’abrite pendant plus d’un an au sein d’une petite base d’une vingtaine de personnes. Nous y sommes isolés de tout, sauf de la Nature. Je partage ma découverte de l’environnement extraordinaire qui m’y entoure sur un blog (Isabelle sur son caillou) qui se voit récompensé du prix de meilleur blog de l’année par l’AMAEPF. Je me rends enfin compte du pouvoir des mots et des photos pour partager et sensibiliser autour de la science et de l’amour de la Nature, pour faire voyager et rêver même de loin.

© Isabelle Jouvie // BigPicture

En 2018, alors que je suis rentrée en métropole depuis à peine un an et continue à travailler sur le thème de la chimie atmosphérique dans le cadre d’un doctorat, je participe à mon premier concours photo international de grande envergure : la « Big Picture Natural World Photography Competition » est organisée par l’Académie des Sciences de San Francisco sur le thème de la préservation de la Nature. À ma plus grande joie et parmi plus de 6000 participations, je remporte le 1er prix de la catégorie « série photo » avec un reportage photographique sur l’Albatros d’Amsterdam, oiseau marin l’un des plus rares au monde. Mes 5 photos, prises durant mon hivernage, sont exposées au public en grand durant plusieurs mois à l’Académie des Sciences de San Francisco puis à l’Aquarium du Tennessee. J’ai la chance d’être invitée pour la remise des prix et l’inauguration à San Francisco en juillet 2018.

© Isabelle Jouvie // DOE

Cette année 2018 est enfin marquée par LA décision, celle d’écouter mon cœur plus que ma raison. J’ai 26 ans et j’ai jusqu’ici vécu une vie professionnelle 100% tournée sur la recherche scientifique (géologie et chimie atmosphérique). Les sciences de la Terre m’intéressent et me fascinent, et pourtant je sens au fond de moi que ma place et mon utilité ne sont pas là, pas de cette façon. J’aime créer, j’aime partager, j’aime conter et capturer en instantanés, j’aime vulgariser, j’aime faire rêver et voyager. Je sens que mes passions pour la photographie Nature et pour l’écriture, pour le blabla brut de décoffrage autour de l’amour de notre Planète, peuvent à leur petite échelle jouer leur rôle. Je quitte la recherche et crée Dream’s on Earth comme lien entre vous et moi, pour centraliser toute cette énergie un peu folle qui bouillonne en moi, n’attendant qu’à s’exprimer. Le futur est ouvert, où que nous allions ensemble, nous y allons !