montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen
montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen

Hiver en région de Troms – Le grand nord norvégien – II

(Je vous conseille, pour un meilleur confort de lecture et d’appréciation des images, de lire cet article sur ordinateur plutôt que sur téléphone 🙂 Enjoy!)

Grands espaces sauvages

      Aujourd’hui, j’ai envie de vous conter un rêve… un rêve d’évasion.

     L’un des concepts moteurs de mon existence, sous de nombreuses facettes de sa signification. Qu’elle soit physique ou purement mentale, elle est indispensable, source d’envie et de satisfaction, de peurs et de doutes aussi. Elle est surtout, de façon certaine, mère nourricière de réflexions sans fin sur la Vie avec un grand V.

Pour accompagner votre lecture, un peu de blizzard d’ambiance :

( Son Zapsplat )

carte norvège région troms cercle polaire

Est-ce le crépuscule, est-ce l’aube ? Où se trouve le Nord, où me mène cette errance ?

Qu’en sais-je..

Ce que je sais c’est que je suis là. Que ce « là » est pavé de blanc qui craque sous mes pas, drapé d’un air qui sans prévenir peut me repousser en arrière… Je suis là, et plus important encore : je suis.

Chaque once de mon être frémit à cette pensée alors que je prends un instant pour l’assimiler, seule au coeur de cette immensité glacée. Je stoppe ma marche, inspire un bon coup, et lentement ferme les yeux. Un cheveu vient chatouiller ma joue. Je sens l’extrémité de mon index battre au rythme de mon pouls..

Doucement ma respiration s’apaise, et derrière mes paupières closes je me remémore le paysage qui m’entoure. C’est un jeu de mémoire que j’affectionne particulièrement, parce qu’il pousse à prendre pleinement conscience de son environnement. Il y a devant moi, à quelques kilomètres à vol d’oiseau je pense, une muraille naturelle qui se dresse vers le ciel. Je devine, encore imprimés sur ma rétine, les longs couloirs de neige qui la dévalent dans ce qui me semble être une pente infranchissable. À ma gauche, après quelques arbustes effeuillés, le cours d’un ruisseau figé pour l’hiver que l’on ne devine plus que grâce à la dépression qu’il forme dans le manteau neigeux.

Est-ce le crépuscule, est-ce l’aube ? Où se trouve le Nord, où me mène cette errance ?

Qu’en sais-je..

Ce que je sais c’est que je suis là. Que ce « là » est pavé de blanc qui craque sous mes pas, drapé d’un air qui sans prévenir peut me repousser en arrière… Je suis là, et plus important encore : je suis.

Chaque once de mon être frémit à cette pensée alors que je prends un instant pour l’assimiler, seule au coeur de cette immensité glacée. Je stoppe ma marche, inspire un bon coup, et lentement ferme les yeux. Un cheveu vient chatouiller ma joue. Je sens l’extrémité de mon index battre au rythme de mon pouls..

Doucement ma respiration s’apaise, et derrière mes paupières closes je me remémore le paysage qui m’entoure. C’est un jeu de mémoire que j’affectionne particulièrement, parce qu’il pousse à prendre pleinement conscience de son environnement. Il y a devant moi, à quelques kilomètres à vol d’oiseau je pense, une muraille naturelle qui se dresse vers le ciel. Je devine, encore imprimés sur ma rétine, les longs couloirs de neige qui la dévalent dans ce qui me semble être une pente infranchissable. À ma gauche, après quelques arbustes effeuillés, le cours d’un ruisseau figé pour l’hiver que l’on ne devine plus que grâce à la dépression qu’il forme dans le manteau neigeux.

montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen
montagne senja tromso hiver Norvège fjord

Derrière moi, loin derrière moi, l’océan vient se lover en une langue grise au creux de la terre. Un fjord.
La dernière fois que je me suis retournée, il y a quelques dizaines de minutes, l’atmosphère s’y teintait de couleur corail. Elle révélait alors des reliefs que je n’avais pas devinés auparavant, des perspectives nouvelles qui ici affinent un col, là aiguisent un pic, plus bas mettent en exergue le petit hameau de pêcheurs en rive d’eau.

Frisson.

montagne senja tromso hiver Norvège fjord

–   l e    f j o r d   –

montagne senja tromso hiver Norvège fjord

–   l e    f j o r d   –

montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen coucher soleil
montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen coucher soleil
montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen coucher soleil
montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen coucher soleil

                               L’orée du Monde.

Me sortant de mes songes, une bourrasque fait craquer le bois gelé d’une branche sur ma droite. C’est du moins l’interprétation que mes sens construisent du son qui me parvient. L’envie de soulever une paupière pour vérifier me saisit, mais je résiste. La tentation est pourtant grande de céder à la facilité de la vue, ce sens si sollicité chez l’Homme qu’on en délaisse ses partenaires..
Profonde inspiration, longue expiration, et je replonge dans mon exploration mémorielle.

La dualité.

montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen
montagne senja tromso hiver Norvège fjord
montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen coucher soleil

Océan contre monts.
Neige immaculée contre roche et végétation couleur charbon.
Immensité contre sérénité.

Le feu et la glace, le chaud et le froid, l’orange contre le bleu.

Voilà ce qui a rythmé ma cornée.
D’un côté ces scènes bercées d’un calme figé, semblables à la muraille qui me fait face, si imposantes dans leur froideur immortelle, et hypnotisantes même tant le ton sur ton appelle à la recherche du détail.
Et puis de l’autre ces tableaux animés de danses photoniques, tels le fjord illluminé dont je m’éloigne, dont il faut saisir la beauté dans l’instant tant le spectacle est éphémère et mouvant.

montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen coucher soleil

de charbon
   et de feu

montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen
montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen coucher soleil
montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen

de charbon
 
et de feu

montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen coucher soleil cabane

                                   Ephémère & pérenne

montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen
montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen coucher soleil cabane
montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen

                                   Ephémère & pérenne

Tout lieu où se pose mon regard est promesse d’aventures.

Toujours plantée autour de mon centre de gravité,
les cils clos frémissant au vent,
je laisse courir ma mémoire un peu plus loin dans l’espace.

J’évite généralement la civilisation, mais je me rappelle la curiosité qui m’a titillée chaque fois que mes pas m’ont dirigée à proximité de rorbus (cabanes de pêche norvégiennes) rouges au bord de l’eau. Quels trésors pouvait-il bien s’y cacher ? L’envie était grande, aussi, de sauter dans l’une des petites embarcations qui les accompagnaient au mouillage, et de prendre le large sur ces eaux arctiques tantôt miroir argenté, tantôt miroir doré.

montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen
montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen
montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen coucher soleil
montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen coucher soleil
montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen
montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen coucher soleil
montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen coucher soleil
montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen
montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen coucher soleil

Mais quelles plus belles promesses d’aventures que les cimes qui appellent à l’ascension ?

Je m’accroupis pour soulager un peu mes jambes, et du bout des doigts tâtonne dans la neige. Le contact à la fois anesthésiant et rugueux m’arrache là-encore un frisson, qui remonte le long de mes bras, ébranle mes épaules, crispe mon cou, et termine sa course à la commissure de mes lèvres où il déclenche un sourire sans crier gare.

J’ouvre les yeux instantanément, happée par le présent. Ma mémoire ne me suffit plus, j’ai besoin d’ancrage.
Ma première vision est celle des cristaux en bataille qui ornent mes mains engourdies par le froid. Un instant je reste figée dans cette contemplation, le suivant je m’ébranle et me redresse.

Enfin, mon regard balaie le panorama qui m’entoure.

montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen
IsabelleJouvie-mountainssunset

burning 
  
ice   

montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen coucher soleil
IsabelleJouvie-mountainssunset
montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen
montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen coucher soleil

burning 
 
ice     

montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen coucher soleil

(  A. p. o. t. h. é. o. s. e.  )

C’est fou comme en l’espace de quelques minutes – le temps de mon échappée mémorielle – les lumières ont pu changer : le bleu est plus profond, le orange plus vif, et le tout concentré sur les cimes enneigées. Le vent s’y est levé et envoie valser la poudreuse en de longues trainées qui tourbillonnent depuis les crêtes.

J’aimerais être là-haut, au plus près du spectacle, assouvir mon amour de la prise de hauteur sur le Monde et prendre encore plus la mesure de la manière dont il a été façonné.

montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen coucher soleil
montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen coucher soleil
montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen coucher soleil

Mais ce sera pour un autre jour, mon corps ne me portera pas là-haut aujourd’hui.
Je m’active et reprends ma marche, sans pour autant quitter des yeux les hauteurs.

Est-ce que toutes ces arêtes ont déjà été foulées par l’Homme ?

Une question que je me pose régulièrement, partout sur Terre lorsque je m’enfonce dans la Nature et m’éloigne des sentiers. Je me dis alors souvent que oui, depuis l’apparition du premier « Homme » du genre Homo il y a des millions d’années et malgré la cinétique de la croute terrestre qui a amené les paysages à alterner entre abysses océaniques et sommets montagneux, chaque centimètre carré de cette Terre a bien dû être foulé un jour… non ?

Cette dernière pensée relance mon imaginaire qui m’emporte doucement vers d’autres époques, peignant sur ces lignes qui m’entourent des scènes et évènements dont ont pu être témoins ce pic, cette berge, cet arbre semblant si vieux, cette roche portant en son sein les fossiles d’une vie passée..

Instinctivement je suis le cours d’eau invisible sur ma gauche tel une ligne de vie qui me relie à ma destination encore inconnue. Les empreintes laissées par mes pas croisent derrière un arbuste celles bien plus menues de la course d’un lièvre, habitant discret de ces contrées glacées ; au loin, un élan zébré par les nombreux troncs d’arbres qui nous séparent m’observe en silence.

Est-ce le crépuscule, est-ce l’aube ? Qu’en sais-je.. Ce que je sais, c’est que je suis.

– fin du rêve –

montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen coucher soleil

Vers la nuit polaire

      C’est ici que je vous quitte pour aujourd’hui les amis, mais le voyage n’est pas fini. On se retrouve bientôt pour le troisième et dernier volet de cette trilogie nordique <3

      La nuit va bientôt tomber….

montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen nuit cabane
Lire la vidéo
montagne tromso hiver Norvège route alpes lyngen coucher soleil
montagne senja tromso hiver Norvège fjord lyngen nuit cabane

Isa

Vous avez apprécié cet article ? N'hésitez pas à le partager :)

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
Partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur LinkedIn
Partager sur email
Envoyer par email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. comme d’hab photos magnifiques c’est un plaisirs pour les yeux article c’est un rêve bisous

  2. Coucou Isa,
    Photos et récit magnifiques, tu me transportes à chaque fois dans un autre monde 🙂 et ton petit concert à la guitare accompagnant le son du blizzard est la petite cerise sur le gâteau. Vraiment très beau
    Gros bisous

  3. Sublime !
    J’aime beaucoup la façon dont tu mets en valeur tes photos et construis tes articles : il y a tant de choses à découvrir, à regarder, à écouter ! A savourer !
    Sans que cette abondance d’intérêts perturbe le regard que l’on pose, comblé, sur tes photos.
    Sans que cela empêche tes paroles de se déployer, d’habiter l’immensité face à laquelle tu nous poses.
    Bravo !

  4. Texte remarquable.
    Photos saisissantes.
    Bande son intriguante.
    Une reflexion : dans ces paysages d’océan et de monts, les norvégiens sont-ils aussi bon montagnards que navigateurs ?

    1. Merci, Eric !
      La réponse est oui, ça grimpe de partout, été comme hiver 🙂

  5. Quelles photos magnifiques !!
    Avec le son du blizzard, je ferme les yeux et je frissonne de concert 🙂
    Un très bel article.

    1. Une bande sonore qui me transporte instantanément aussi.. 🙂 Merci Anne-Christine !